Du bon usage du bénévolat et de l’associatif sur le CV

Faut-il inclure ses expériences bénévoles, associatives et humanitaires sur son CV ? Et comment le faire ?


L’intérêt de mentionner son expérience bénévole

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles on peut souhaiter mentionner son expérience bénévole sur son CV :

  • Pour démontrer des compétences que l’on n’a pas ou peu démontré dans nos expériences professionnelles
  • Pour combler un trou dans son CV ou pour remplir un CV un peu vide (notamment si on est étudiant ou en début de carrière)
  • Pour démontrer notre ouverture à des causes porteuses de sens, notre motivation, nos capacités de collaboration et notre équilibre global
  • Pour démontrer vos qualités de leadership (si vous avez eu des responsabilités dans l’association uniquement)

Plusieurs études réalisées aux Etats-Unis ont démontré l’intérêt de mentionner ses activités extra-professionnelles pour renforcer l’attrait de son CV aux yeux du recruteurs, notamment en terme de soft skills (1). 

A l’inverse, en France, une étude réalisée en 2011 (2) n’a identifié aucun impact positif de la mention du bénévolat sur les chances d’être pris en entretien pour un public de jeunes diplômés (l’étude portait sur des expériences qui n’étaient pas en lien avec le poste visé). 

Il convient donc d’être prudent quant à l’importance des expériences bénévoles. Dans la majorité des cas, l’expérience et la formation seront vos meilleurs atouts pour décrocher un entretien, et la mention de vos soft skills peut s’effectuer d’une autre manière (voir notre article sur les soft skills). Si en revanche votre expérience ou votre formation est un peu limitée, certaines études ont montré qu’une expérience extra-professionnelle pouvait compenser cette faiblesse.

Si vos expériences de bénévolat étaient liées au métier que vous visez ou si vous avez besoin de combler un peu votre CV car il est un peu vide, n’hésitez pas à utiliser ces expériences pour remplir votre CV. De la même manière, il ne coûte rien de réserver un peu de place à vos expériences de bénévolat (notamment en fin de CV). 

Voyons comment faire cela !

Exploiter les expériences professionnalisantes

Pour mettre en avant une expérience bénévole à part entière qui se rapproche de votre coeur de métier, vous pouvez la mentionner en tant qu’expérience professionnelle et développer le contenu comme vous le feriez pour une expérience classique (voir notre article 9 manières de présenter ses expériences pro).

L’exemple ci-dessous est extrait du CV d’une candidate en réorientation qui cherchait un poste de Chargé de Relations Adhérents au sein d’une entreprise. Elle a ainsi pu mettre en avant son expérience d’animation d’un réseau de bénévoles en indiquant les mêmes tâches que celles demandées dans l’annonce :

Mentionner les engagements bénévoles

Si vous souhaitez simplement mentionner votre implication dans certaines associations, plusieurs possibilités s’offrent à vous.

Si vous avez de la place dans la rubrique « Expériences », vous pouvez simplement ajouter une expérience avec pour titre « Activités extra-professionnelles » (ou « Engagement associatif » ou tout autre intitulé qui vous semblera pertinent) et lister vos différentes activités bénévoles.

Si vous n’avez plus de place dans la rubrique « Expériences », vous pouvez aussi utilisez la rubrique « Loisirs » positionnée sur une autre colonne.

Enfin, dernier emplacement possible, via votre texte de présentation, où l’engagement associatif peut être mentionné vers la fin pour donner une touche un peu plus légère ou humaine (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Valoriser l’association

Un dernier conseil : il peut arriver que l’univers associatif renvoie une image d’amateurisme pour ceux qui ne le connaissent pas, alors faites en sorte de contrecarrer au mieux ce préjugé sur votre CV (par exemple en mentionnant le budget de l’association, le nombre de membres, le nombre d’évènements organisés ou le public touché, choisissez le chiffre le plus valorisant en fonction de l’association).


(1) Brown, B.K., & Campion, M.A. (1994). Biodata phenomenology: Recruiters’ perceptions and use of biographical information in résumé screening. Journal of Applied Psychology, 79, 897–908. ; Campion, M.A. (1978). Identification of variables most influential in determining interviewers’ evaluations of applicants in a college placement center. Psychological Reports, 42, 947–952 ; Cole, Michael S., Robert S. Rubin, Hubert S. Feild, et William F. Giles. « Recruiters’ Perceptions and Use of Applicant Résumé Information: Screening the Recent Graduate ». Applied Psychology 56, no 2 (avril 2007): 319‑43. https://doi.org/10.1111/j.1464-0597.2007.00288.x ; Nemanick, R.C., & Clark, E.M. (2002). The differential effects of extracurricular activities on attributions in résumé evaluation. International Journal of Selection and Assessment, 10, 206–217.

(2) Bougard, J., Brodaty, T., Emond, C., L’Horty, Y., du Parquet, L. & Petit, P. (2014). Bénévolat et accès à l’emploi: Les enseignements d’une expérience contrôlée.  Revue économique, vol. 65(1), 47-69. doi:10.3917/reco.651.0047.

Déposer un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

Rejoignez +123 000 inscrits sur notre newsletter, pour apprendre à naviguer dans le monde de la recherche d'emploi

Chaque mois, vous recevrez un résumé de nos meilleurs articles.