Faut-il écrire son CV pour les algorithmes ?

La technologie est de plus en plus impliquée dans le traitement des candidatures et la recherche de CV dans les CVthèques. Alors, faut-il faire son CV pour répondre aux besoins des algorithmes de traitement et ainsi optimiser ses chances d'être recruté ? Ou bien faire un CV pour un humain suffit-il encore ?

Avez-vous déjà entendu ce genre de conseil ?

 – Ton CV doit « battre » les robots utilisés par les entreprises
 – Il doit « dépasser » l’ATS (logiciel de traitement des candidatures)
– Il doit « être lu par les algorythmes » (oui, la faute d’orthographe est commune 😅)

Voici par exemple ce qu’on peut lire sur le site de l’APEC :

95 % des grands groupes sont équipés de robots recruteurs… Alors, comment sortir du lot lorsque vous adressez votre CV à un algorithme, qui se charge de faire un premier tri parmi les candidatures reçues.

Apec.fr

Pourtant, si vous demandez à des recruteurs la réalité de leur métier, ils vous diront bel et bien qu’ils lisent quasiment tous les CV qu’il reçoivent !

Si ces affirmations sur l’importance des robots ont un fond de vérité (des logiciels analysent bien votre CV, une majorité des candidatures sont écartées dans le processus, il est parfois difficile de connaître les raisons d’un refus), elles dramatisent énormément l’importance des fameux « robots » dans la décision de recrutement et risquent de nous détourner de notre objectif (qui est de trouver un job) !

Si, par exemple, notre candidature est rejetée alors qu’elle nous semble tout à fait légitime, on peut être tenté d’y voir le travail obscur de ces algorithmes robots tueurs de CV 🤔. En réalité, dans la (très) grande majorité des recrutements, il y a bien un humain qui examine votre CV — et qui le rejette pour une raison X ou Y !

Il vaut mieux alors essayer de comprendre ce X ou ce Y que chercher à déjouer les « robots recruteurs ».

Dans la très grande majorité des recrutements, il y a bien un humain qui examine votre CV.

Alors, de quoi parle-t-on exactement quand on parle de robots et de recrutement ?

Pour démystifier un petit peu tout ça 🔮, on vous propose de regarder l’envers du décor et d’étudier comment se passe une candidature — et comment les logiciels de recrutement sont impliqués dans le processus !

Résumé pour les gens pressés 

✅ Quand vous postulez à une offre, votre CV sera lu par un humain.

✋ Si votre CV n’est pas retenu quand vous postulez, le problème ne se situe probablement pas du côté des « algorithmes » ! 😘

🔍 Par contre, quand vous déposez un CV dans une base de CV (Monster, Indeed), votre CV sera analysé par un « robot ».

👀 Le recruteur découvrira votre CV si les mots écrits dans votre CV correspondent à ceux qu’il tape dans son moteur de recherche.

📉Seuls 3% des recrutements sont issus d’une recherche sur une base CV — 11% pour les cadres (étude DARES 2017). Les algorithmes de tri de CV sont donc en intermédiation dans 3% des recrutements.

Comment ça se passe quand on postule à une offre d’emploi ?

Quand on répond à une offre d’emploi, notre candidature est souvent ajoutée dans un logiciel appelé Applicant Tracking System ou ATS.

Un ATS est un logiciel utilisé pour faciliter le travail des recruteurs, et notamment stocker toute l’information utile pour traiter les candidatures. Il existe des centaines de logiciels de ce type sur le marché, qui ciblent des clients très différents et qui possèdent aussi des fonctionnalités très variées.

Gordon Ramsay GIF by Gordon Ramsay's 24 Hours to Hell and Back - Find & Share on GIPHY

Plus l’entreprise est petite et plus ses recrutements sont occasionnels, moins elle a de chance d’être équipée de ce type de logiciel.

Quand un ATS est en jeu, le processus suit généralement ces étapes :

  1. Dépôt de la candidature et enregistrement des données dans l’ATS
  2. Analyse du CV par l’ATS
  3. Analyse de votre candidature par les recruteurs
  4. Et le processus de recrutement suit son cours…

Voyons voir dans le détail ce que ça donne !

Dépôt de la candidature et enregistrement des données

A ce niveau, rien de secret pour les candidats ! Quand postule à une offre d’emploi, on dépose son CV, sa lettre de motivation, et on répond aussi à quelques questions complémentaires (comme par exemple notre localisation géographique, notre niveau d’étude, etc.).

Pas besoin de s’attarder sur cette étape, tout le monde ne la connaît que trop bien !

Working Out Of Office Gif By This GIF - Find & Share on GIPHY

Tout cet ensemble (CV + questions + lettre de motivation) constitue une candidature, qui est stockée dans l’ATS.

Ces logiciels présenteront ensuite une interface aux recruteurs pour que ceux-ci puissent traiter votre candidature, avec différentes options intégrées pour fluidifier leur travail (envoyer un e-mail, rejeter la candidature, rédiger un commentaire, etc.).

Seulement, avant de présenter le CV au recruteur, les ATS procèdent souvent à une analyse du CV pour le stocker en base de données. C’est-à-dire qu’ils n’enregistrent pas seulement le document PDF que vous leur avez envoyé, mais qu’ils essaient d’en comprendre le contenu.

Analyse du CV par l’ATS

Ce qu’il faut bien comprendre (et c’est là une grande partie de l’incompréhension sur le sujet), c’est que cette analyse du contenu ne sert pas à exclure ou filtrer les CV. 

Eh oui, elle sert principalement à : 

  • pré-remplir les champs complémentaires qui n’auraient pas été remplis par le candidat lors de sa candidature (si vous n’avez pas rempli le « niveau d’étude », par exemple, il va essayer de l’interpréter à la lecture du CV) ;
  • pré-remplir des informations sur le CV qui seront affichées dans l’interface de l’ATS pour simplifier la lecture pour le recruteur (voir capture d’écran ci-dessous) ;
  • stocker des données pour les futurs recrutements (dans 6 mois, par exemple, quand l’entreprise cherchera de nouveau un profil, les recruteurs pourront taper quelques mots clés afin de retrouver d’anciens candidats qui répondent à leurs critères).

Ensuite, une fois que le logiciel a scanné votre CV de cette manière, un miracle va se produire : un recruteur va lire votre candidature ! 🍾🎉🥳

Jurassic Park Mind Blown GIF by Spotify - Find & Share on GIPHY

Je répète : un humain va lire votre candidature.

Mais, est-ce que ça n’arrive jamais qu’une entreprise mette en place des filtres pour exclure certains candidats ?

Les cas d’exclusions d’une candidature assistée par l’ATS

Oui, bien sûr, ça arrive qu’une entreprise exclue des candidatures sur la base d’une information renseignée par le candidat (c’est d’ailleurs un peu tout le principe d’une sélection 🤷‍♂️) en s’aidant de l’ATS pour cela.

Par exemple, si l’entreprise a une politique de recrutement spécifique (« on ne lit pas les candidatures de candidats qui n’ont pas de permis de travail »), alors elle va peut-être configurer une question dans le processus de candidature qui éliminera le candidat qui répond par la négative.

Mais encore une fois, cette information ne sera pas interprétée en lisant le CV, elle le sera car le candidat répondra à une question spécifique sur le sujet dans le processus de recrutement (la compréhension sémantique d’un CV, bien que plutôt efficace, ne permet pas encore de tout « comprendre » d’une candidature).

Dans ce cas là, même si votre CV était lu par un humain, il ne serait pas sélectionné. Pas à cause de l’ATS, mais à cause de la politique de recrutement de l’entreprise.

Nous disions donc que votre CV était lu par un humain ! Voyons comment ça se passe pour cet humain qui étudie votre candidature !

Comment les recruteurs lisent les candidatures dans leur ATS

Voici par exemple à quoi ressemble une candidature sur l’ATS SmartRecruiters que nous utilisons quand nous recrutons chez DoYouBuzz.

Si vous avez pris le temps de regarder le visuel en détail, vous verrez que le CV est présenté de deux manières : sous la forme d’une pièce jointe (lien sur la droite de l’écran) et sous la forme d’une fiche récapitulative sur la partie basse (qui elle, est le résultat de l’analyse du CV par l’ATS).

Nous n’avons pas de données sur le type de CV qui est lu par les recruteurs (celui visible en PDF Vs. celui inteprété par l’ATS), cependant, étant donné que les ATS n’ont pas un niveau d’interprétation correct à 100%, il semble probable que la majorité des recruteurs préfèrent consulter le CV PDF original afin d’avoir une information complète.

La suite du processus ne nous intéresse pas dans le cadre de cet article, mais il faut savoir que c’est par le biais de l’ATS que le recruteur va vous contacter, faire avancer votre candidature dans le processus, etc.

Alors, ça veut dire quoi « battre l’ATS » ?

Vous l’avez compris, « battre l’ATS » ne veut rien dire ! Il n’y a rien à battre (sans jeu de mots 😅), il n’y a pas de filtre à passer, de méchants gardiens robots mangeurs de CV à annihiler.

Oui, il existe bien des logiciels qui scannent les CV et qui mettent le contenu du CV en base de données — mais cette étape est principalement utile pour le sourcing (quand un recruteur cherche un candidat dans une base de CV de plusieurs milliers de candidats), pas dans la phase de candidature (sauf pour présenter le CV au recruteur comme le montre notre capture d’écran).

Autrement dit : si vous postulez à une offre d’emploi, votre CV sera très probablement lu par un humain. 👀

Cependant, il existe une autre phase du recrutement, parfois distincte de la candidature : l’étape de sourcing, et là les algorithmes sont un peu plus présents !

Optimiser son CV pour l’étape de sourcing (la consultation de base de CV)

Le sourcing consiste pour le recruteur à interroger des bases de CV pour trouver un candidat.

Il existe deux grands types de bases CV :

  • des CVthèques de type Monster, Cadremploi (CVAden), Indeed ou la plus grande base de profils au monde : LinkedIn ;
  • des CVthèques d’entreprise : si vous avez déjà postulé dans l’entreprise, votre CV y est normalement conservé pendant 2 ans maximum (durée légale)

Pour chercher dans ces outils, le recruteur doit simplement taper des mots clés (comme sur Google, donc) et configurer quelques filtres supplémentaires s’il le souhaite (par ex. une zone géographique, un diplôme, une entreprise).

Il peut également configurer des alertes : tout nouveau profil qui correspond à ces critères lui sera envoyé dans sa boîte mail.

Et vous savez quoi ? C’est ça le vrai robot recruteur ! Un moteur de recherche + des alertes e-mails.

Autrement dit : 🤖 = 🔍 + 📩.

Bref, pour autant sophistiqué qu’il soit, ce robot n’a rien de bien effrayant ni de très mystérieux !

Avant de vous proposer quelques pistes pour faire en sorte que votre CV ressorte bien sur les moteurs de recherche, prenons quand même le temps de regarder si ces « robots » sont souvent utilisés dans les recrutements !

Des « robots » dans 3 % des recrutements ?

Une étude de 2017 de la DARES (Ministère du Travail) montrait que la consultation d’une base de CV aboutissait à un recrutement dans 3 % des cas (11 % pour les recrutements de cadres) — malgré une utilisation de 41 %.

En fait, la consultation d’une base de CV est quasiment le canal de recrutement le moins efficace de tous (juste derrière lui, on retrouve les salons emplois). Les chiffres ont peut-être évolué depuis, mais rien n’indique que les ordres de grandeurs aient radicalement changé depuis 2017.

Est-ce que ce faible taux d’efficacité malgré un usage plutôt répandu témoigne d’une technologie encore perfectible ou bien d’un processus intrinsèquement moins pertinent que d’autres ? A ce jour, difficile de se prononcer !

Cependant, si vous souhaitez tout de même faire en sorte que votre CV soit visible sur les bases de CV, vous verrez que le travail nécessaire est assez simple.

Comment optimiser son CV pour les algorithmes de recherche ?

En fait, pour optimiser son CV pour un moteur de recherche, il n’y a rien de vraiment différent par rapport à un CV que vous écririez pour un humain :

  • Comme les recruteurs utilisent des mots clés pour trouver un profil, il faut que ces mots clés se trouvent sur votre CV. Titre de postes, compétences, technologies maîtrisées : tout ceci doit ressortir sur votre CV. Utilisez notamment des titres de poste qui correspondent à votre industrie (pas de mention farfelue du type « Révélateur de talents » ou « Votre prochain super salarié »). Pour un humain, c’est exactement pareil : on veut leur proposer de l’information claire et compréhensible, qui correspond à leur besoin !
  • Sur votre CV, n’utilisez pas d’image pour signifier quelque chose. Si vous mettez une image, elle doit être soit purement décorative et n’avoir aucun « sens » (par exemple un liseré), soit en complément d’une information déjà présente (deux exemples concrets : si vous voulez mettre le logo des entreprises, indiquez aussi leur nom ; si vous voulez mettre les logos des logiciels que vous maîtrisez, mentionnez aussi leur nom). Pour les humains, on fera la même chose (pas sûr en effet qu’il connaisse les logos des entreprises ou des logiciels). A noter : sur l’

Au delà du CV mais sur le site d’emploi en lui-même, si vous prenez le temps de faire les actions suivantes, vous aurez plus de chances de ressortir dans les requêtes :

  • Renseignez bien les « champs complémentaires »(parfois utilisés pour filtrer la recherche) : zone géographique souhaitée, niveau d’étude, etc. CE n’est pas dans le CV à proprement parler mais ça vous aidera à être vu.
  • Assurez-vous que votre CV est bien à jour (les recruteurs regardent les CV « récents » car ils préfèrent les candidats qui sont activement en recherche).

Et voilà ! 💁‍♂️

Pour aller plus loin…

Si vous comprenez l’anglais, nous vous invitons à regarder ces deux vidéos d’Amy Miller, recruteuse indépendante qui a notamment travaillé pour Google, Amazon et Microsoft.